Le Transilien se met au hacking pour innover.

Le département Transilien de la SNCF a organisé le 14 septembre dernier un atelier pour concevoir les outils de demain et améliorer l’accessibilité de ses gares.

Sous le nom « Hackcess » (contraction de « hacking » et « access »), l’équipe marketing proposait de réunir en équipes des professionels, des personnes handicapées, ou de simples curieux et de réfléchir sur les besoins techniques futurs pour l’ensembles des usagers puissent se déplacer au mieux dans les gares.

Chacune des 9 équipes était affectée à un handicap :

  • mobilité réduite (temporaire ou permanente),
  • surdité,
  • déficience visuelle,
  • handicap cognitif,
  • femmes enceintes,
  • personnes de petite taille,

Le matin était consacré à la création d’un « persona » et à recenser les problèmes qu’il rencontre dans la gare de Lyon (plans complexes à l’appui). L’après-midi, chaque équipe devait imaginer des dispositifs techniques pour corriger ou améliorer les problèmes précédemment relevés.

L’intérêt pour la SNCF est double. Non seulement elle créé une source d’idées nouvelles et cohérences, mais elle comprend également quelles données elle devrait mettre à disposition de tous pour aider à faire émerger ces nouveau outils.

En fin de journée, chaque équipe était invitée à jouer devant une caméra la situation problématique dans la gare et la solution technique permettant de la résoudre.

La prochaine étape se déroulera le 26 octobre pour la mise à disposition des données nécessaires aux nouveaux projets lors de la Nuit de l’Accessibilité.

Consulter le site du projet : http://opendata.transilien.com/hackcess/

Photo de clôture de la journée, avec les organisateurs de l'atelier.

Mise à jour : retrouvez les photos de l’événement : http://www.sharypic.com/6a5fqzp88f37itzv.